imblue

Le témoignage de Julie St-Pierre

Présenté par IMAGEMOTION et FLOW

« Mes talents multiples et mon parcours atypique m’ont fait douter de moi. Aujourd’hui, je sais que je mérite ma place. »

Malgré un parcours remarquable et remarqué, la célèbre animatrice de radio Julie St-Pierre a été confrontée durant plusieurs années au syndrome de l’imposteur. À la fois carriériste et mère de deux garçons, elle s’est remise en question à différents moments de sa vie professionnelle. Julie nous partage son expérience avec sincérité dans une réalité du travail que chacune — et chacun — aborde à sa façon pour trouver progressivement son équilibre.

 

Un parcours atypique, l’élément déclencheur du syndrome d’imposteur 

Julie St-Pierre a commencé sa vie professionnelle à l’âge de 16 ans. En 2002 — vous vous en souvenez peut-être — elle avait participé à la diffusion de Mixmania. À ce moment et malgré son talent, elle a dû faire face à plusieurs critiques qui l’ont conduite à se poser des questions sur ses objectifs professionnels et sur sa place dans le secteur des médias.

Elle nous raconte : « Je fais beaucoup de choses : je suis à la fois chanteuse, DJ, animatrice et depuis maintenant 17 ans, je consacre mes efforts à l’animation radio. N’ayant pas fait d’études en journalisme ou en communication, j’ai ressenti un certain syndrome de l’imposteur dès le début de ma carrière. Je venais du milieu de la télé-réalité, ce qui était mal vu à l’époque. Je me sentais mal de constater que mon parcours était atypique. J’avais l’impression d’avoir pris la place d’une autre personne » présente Julie. « Pourtant, il suffisait d’observer tous les efforts que j’avais fournis pour en arriver là. Aujourd’hui, avec le recul, je pense surtout qu’il faut avoir confiance en soi et écouter les gens qui croient en nous » poursuit-elle.

Désormais, l’animatrice s’assume telle qu’elle est, fière de ses réalisations et de l’énergie qu’elle y porte: « Maintenant, je suis capable de dire que c’est mon métier et que je mérite vraiment ma place  ».

 

Partir en congé de maternité en mode perfectionniste et super héroïne  

Et quand la vie professionnelle avance, elle continue aussi dans la sphère personnelle ! Lorsque Julie est tombée enceinte de son premier enfant, elle ne s’est pas sentie prête à l’idée de partir en congé de maternité durant plusieurs mois. Son côté «  super héroïne  » lui a donné l’envie de tout gérer en même temps  : l’arrivée d’un nouveau membre dans la famille et son avenir professionnel. Cette passionnée a donc décidé de diminuer la durée de son congé de maternité :

«  J’avais l’impression que partir un an en congé postnatal était dangereux pour ma carrière. J’ai fourni tellement d’efforts pour avancer dans ma vie professionnelle que lorsque j’ai été enceinte de mon premier enfant, j’ai eu peur de décrocher. Mon congé de maternité a duré seulement 6 semaines et j’ai repris le travail de chez moi, à temps partiel. Cela n’a pas été facile ! Alors pour ma deuxième grossesse, je me suis promis que je consacrerai plus de temps à ma famille » raconte Julie.

 

Surfer sur sa zone flow lors du deuxième congé de maternité

Quelques années plus tard, l’animatrice a ainsi donné naissance à son second enfant, en pleine pandémie. À ce moment-là, le télétravail et les mesures flexibles étant devenus bien plus accessibles au sein des entreprises, cela a grandement aidé la transition de la nouvelle maman vers son congé de maternité.

« À ma deuxième grossesse, mon équipe et moi avons réalisé qu’il était possible d’animer des émissions depuis la maison. La qualité de nos contenus était bonne et cela m’a aidé à partir en congé parental plus facilement, sans me sentir tiraillée. Je pense que cette initiative a également eu un impact positif sur l’image de marque de mon employeur, Bell. » précise-t-elle.

Aujourd’hui, grâce aux mesures flexibles de Bell Media, Julie St-Pierre a su trouver le parfait équilibre travail-famille. Sa détermination, son sens de l’organisation et son multi potentiel l’ont amené à se défaire, enfin, du syndrome de l’imposteur.

Julie espère que son témoignage aidera les femmes et les mères de famille qui ne se sentent pas légitimes à leur place à retrouver confiance en elles !

 

LIRE AUSSI: SENTIMENT D’IMPOSTURE: VOUS SENTEZ-VOUS CONCERNÉ.E?

IMAGEMOTION est une agence créative intégrée, offrant des services complets en marketing numérique, d’influence et en création de contenu. Fondée par Milad Sahafzadeh, l’agence canadienne possède une connaissance approfondie des tendances numériques, notamment avec son nouveau programme TikTok et sa division de talents Henry, une grande maîtrise des stratégies 360 et une équipe d’experts motivés qui a doublé en moins de 18 mois. À travers les années, IMAGEMOTION a collaboré avec Clinique Canada, Bikini Village, Lancôme, Biotherm, Ardene, Durex, Café Van Houtte et bien d’autres…

Nous avons tou.te.s besoin d’une plus grande flexibilité pour avancer plus sereinement, dans la vie personnelle comme au travail. C’est pourquoi Flow est une plateforme unique qui réunit tou.te.s les employeurs.euses du Québec proposant des conditions flexibles au travail.

Nous accompagnons ces entreprises flexibles (ou en voie de le devenir!) afin de les aider à instaurer durablement leur propre flexibilité. On le fait en s’adaptant à vos réalités pour vous accompagner de façon personnalisée ! Nous aidons aussi les candidat.e.s en recherche d’un emploi flexible à trouver leur poste idéal auprès des entreprises qui pratiquent la conciliation travail – vie personnelle.

Envie de jaser, travailler avec nous, partager ou parler d’un projet?

Contactez-nous: melissa@imagemotion.com